Archives pour la catégorie Russie

618 – Tous les pays où les États-Unis ont une présence militaire — Sans à priori

L’OMNIPRÉSENCE AMÉRICAINE DANS LE MONDE 11 avril 2015 Par comparaison, la Russie a des bases dans 10 pays Le 24 mars 2015, le Président des États-Unis Barack Obama a annoncé que les 9 800 soldats américains actuellement stationnés en Afghanistan y resteront jusqu’à la fin de 2015. Cela a généré une bonne quantité de critiques : […]

via 618 – Tous les pays où les États-Unis ont une présence militaire — Sans à priori

Publicités

615 – Avalanche : un logiciel russe pour gagner les guerres de l’information — Sans à priori

Une blague russe dit que, pour améliorer la qualité d’un appel téléphonique, il suffit de prononcer trois mots au cours de la conversation : Poutine, bombe, terroriste. Rusina Shikhatova — publié jeudi 7 avril 2016 Fausse information, incitation à la haine, menaces… les défis d’Internet sont nombreux. Pour y faire face, l’ex-colonel du FSB Andreï Masalovitch a […]

via 615 – Avalanche : un logiciel russe pour gagner les guerres de l’information — Sans à priori

616 – Reprise -Histoire du “Pillage de l’URSS” jusqu’à 2011 ! — Sans à priori

Opération pillage de l’URSS ou Les avaleurs (1ère partie) Le récit d’Alexandre Volkov, ancien raider, ou les grandes étapes de l’opération « pillage d’un des pays les plus riches du monde » Traduit par : Thomas GRAS , source : Andreï Gromov, Slon.ru — publié lundi 28 janvier 2013 Les années 1990, qui suivirent […]

via 616 – Reprise -Histoire du “Pillage de l’URSS” jusqu’à 2011 ! — Sans à priori

La psychologie russe d’après Vassili Klioutchevski — La tentation d’écrire

Originally posted on La Sagesse des Lezards: Le caractère russe est capricieux, semblable à l’environnement qui l’entoure. La nature joue souvent des tours à ses plus timides prévisions. L’instabilité du climat et du sol empêchent ses moindres attentes de se réaliser. L’homme russe s’y est habitué de sorte, que même une personne prudente choisit parfois hasardeusement…

via La psychologie russe d’après Vassili Klioutchevski — La tentation d’écrire

599 – L’Ukraine se transforme en Liberia — Sans à priori

«C’est ici que nous a amené l’amour de la liberté» 1 Par Oriental Review – Le 25 mars 2016 – Source Oriental Review. Plus tôt ce mois-ci, en prononçant son discours public à Kiev, Les défis d’un monde en perpétuel changement, l’ancienne secrétaire d’État américaine Condoleezza Rice a fait une remarque inspirante pour quiconque penserait que […]

via 599 – L’Ukraine se transforme en Liberia — Sans à priori

Nous sommes épuisés…DeDefensa.

Je n’ai pas l’habitude d’utiliser ce Journal-dde.crisis pour suivre les chemins de l’actualité immédiate, péremptoirement et en prenant la place des autres rubriques. Ce n’est pas sa fonction ; pourtant cette fois je passe outre puisque je veux dire quelques mots sur Bruxelles et ses attentats et que je sais bien qu’“il n’y a rien à dire, ni de Bruxelles ni de l’Europe” qui doive se situer dans le cadre du travail habituel, de l’analyse politique, du commentaire rationnel, de la spéculation et du rangement historiques… Pour l’instant, je veux m’en tenir à des impressions, des perceptions, sans leur donner de valeur fondamentale d’analyse mais en les proposant comme habillées d’un caractère symbolique dont j’espère qu’il sera perçu comme ayant un sens.

Je n’étais certes pas à Bruxelles hier, ermite comme je suis, replié sur mon lopin de terre. Mais j’ai eu quelques échos de proches, d’amis, qui m’ont décrit le spectacle sinistre, lugubre et terrifiant qui régnait en fin de journée dans ces grandes artères toutes droites, tracées au cordeau et à l’équerre, enserrées dans d’immenses immeubles flambants neufs, de ce qu’ils nomment “le quartier européen” où se trouve la station de métro, ces grandes artères interdites de circulation, désertes, comme abandonnées et comme d’une ville morte d’après la Fin des Temps, et pourtant résonnant encore des bruits des attaques du matin… L’un d’eux, parmi ces amis, est passé, à la tombée de la nuit, près de cette station de métro où avait eu lieu l’explosion et il a pu voir par terre des traces de sang, des débris de vêtements, quelques-uns des restes des instants de secours d’urgence du matin. Il y eut le frisson de l’abattement et du dégoût.

Malgré les scènes qui suivent immédiatement les attentats, dont certaines ont été diffusées et rediffusées comme c’est toujours le cas, ce ne sont ni la panique ni le mouvement et le bruit que je retiens, moi, mais le sentiment écrasant de quelque chose de terrible qui pèse sur nos épaules, – je dis “nos”, parce que moi-même, comme par la transmission des émotions et des perceptions, j’ai ressenti ce poids dont quelques voix amies étaient chargées sans qu’elles le réalisent peut-être. Même la présence des forces diverses de sécurité, des soldats aux pompiers, ne donnaient justement aucun sentiment de sécurité mais ne faisaient que rajouter à l’angoisse diffuse et effectivement écrasante, presque comme une mesure d’une futilité grotesque. Peut-être étaient-ils aussi désarçonnés que les autres…

 

531-Vladimir Poutine, Maestro mondial de la géopolitique !

Sans a priori

2016.03.21 kremlin 2images

Publié le 16 mars 2016 par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Il est urgent que l’UERSS fasse pression sur les États Islamiques pour accueillir ces populations musulmanes qui ne s’intégreront jamais en Occident. Leur assimilation étant une vue de l’esprit. Me vient la réflexion suivante. Lorsque le Liban était en guerre, avons-nous vu des flots de réfugiés arriver vers nous ? Non ! Ils restaient dans leur pays pour combattre. Les images filmées par drone de RT sont effrayantes, en lien !

Ce flot migratoire est dû à la politique des néocons de Washington. Comme Washington ne sait mettre aucun terme à ses propres erreurs et turpitudes, que c’est le Président Russe qui règle les problèmes en Maestro et qu’il se trouve qu’il les a réglés avec un certain succès avant de se retirer, car, fin limier qu’il est, il ne…

View original post 1 405 mots de plus